• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 novembre 2011

Nouvelle forte hausse du chômage en octobre

Posté par PDF87 le 28 novembre 2011

null
Le nombre d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A a bondi de 34.400, à plus de 2,81 millions de personnes. Du jamais vu depuis presque 12 ans.

Xavier Bertrand avait annoncé la couleur dès dimanche soir. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A à Pôle emploi a effectivement augmenté en octobre. Et fortement: +34.400 personnes, l’équivalent du nombre d’habitants de Mâcon, la 217e ville de France. Il y a donc désormais 2,81 millions de personnes sans emploi en France métropolitaine. Il faut remonter près de douze ans en arrière, en décembre 1999, pour retrouver un tel niveau. La hausse en catégorie A sur un an frôle de nouveau 5%, un rythme de progression qui n’avait plus été atteint depuis août 2010.

La dégradation du nombre de chômeurs en octobre est plus mesurée (+0,4%, soit +17.200 personnes) si on inclut les inscrits en catégorie B et C (demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite). Cette nouvelle hausse porte toutefois à près de 4,2 millions le nombre de chômeurs dans les catégories A, B et C. Un nouveau record.

Les plus de 50 ans continuent de souffrir de la crise. Le nombre de «quinquas» inscrits à Pôle emploi a bondi de 1,4% sur un mois, à près de 850.000, portant à 15,3% la progression sur douze mois et à 40 le nombre de hausses enregistrées en… 41 mois.

Comme à l’accoutumée, les jeunes de moins de 25 ans s’en tirent un peu mieux, la progression de leur nombre d’inscrits restant limitée à 0,2% sur un mois et à 1,2% sur un an. Si le nombre de chômeurs de longue durée (sans emploi depuis plus d’un an) stagne en octobre, à près de 1,6 million, la situation est en revanche de plus en plus préoccupante pour les inscrits depuis plus de trois ans. Leur progression atteint 1,7% sur un mois et surtout 21,5% sur un an.

La CFDT exige des mesures fortes
Dernier indicateur inquiétant et aussi très révélateur de l’état de la dégradation de la conjoncture, le nombre d’offres emplois satisfaites par Pôle emploi a plongé de 7,8% sur un mois. Pis, il repasse sur un an -comme les offres d’emploi collectées- dans les négatifs (-1,7%), soit un retour onze mois en arrière qui ne présage de rien de bon.

«Le rebond de la crise, les plans d’austérité en France et en Europe avec leurs conséquences sur la croissance ne laissaient pas espérer autre chose», s’emporte Laurent Berger, le «M. Emploi» de la CFDT, qui «demande au gouvernement de convoquer un sommet social pour construire des mesures fortes pour l’emploi et contre le chômage.»

Et le syndicat d’exiger «la mise en place d’un plan de soutien à l’emploi, avec des dispositifs de chômage partiel, de formation et de cellule de reclassement, pour les salariés les plus précaires, des moyens renforcés pour Pôle emploi et un soutien spécifique à l’emploi des jeunes.»

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La Chronique des Lémovices

Posté par PDF87 le 28 novembre 2011

logopdfvert21.jpg

Les perspectives de l’élection présidentielle de 2012 : questionnements légitimes.

Le propos se concentrera surtout sur les candidatures de la Droite Nationale et ses impacts.

Le terme élection semble sujet à caution car avant d’élire, il faut choisir. En ces circonstances, il convient de préférer la sélection à l’élection. Même si ce procédé en rebutera certains, il est incontournable afin de voir ses valeurs représentées par un chef digne de sa fonction.

Toutefois cette sélection est double : il faudra non seulement choisir un chef compétent mais aussi tenir compte de la concurrence au sein de notre famille politique, ou du moins celle de ceux qui prétendent en faire partie. Quant à la présence des partis hostiles, certes concurrents mais intégrés depuis fort longtemps dans le Système, il serait hors de propos de leur faire de la publicité.

En ce qui concerne le camp nationaliste, la configuration est plus ambiguë. D’un côté, nous avons la présence d’un Front national idéologiquement édulcoré, de l’autre celle de Carl Lang, fondateur de P.D.F et candidat à l’Union de la Droite Nationale.

La candidature de Carl Lang, pour tout militant nationaliste chevronné, représente un engagement de conviction, insensible aux concessions imposées par le système verrouillé et fondamentalement opposé à toute résistance nationaliste, ne serait-ce que sous une forme velléitaire !

Ce constat concerne surtout la sphère nationaliste mais qu’en est-il du peuple français, souvent indécis ou bien peu informé des réalités en raison des difficultés quotidiennes totalement incompatibles avec les surcharges médiatiques ( sans parler des éléments indifférents à la politique, mais c’est un autre débat) ?

Il en résulte qu’une forte majorité de Français épuisés par la crise et ses dégâts collatéraux risquent fort de se prononcer pour Marine Le Pen, ou pire encore pour l’U.M.P , faute d’avoir été informés au préalable.

Face à ce unique mauvais plan, quels moyens déploiera le P.D.F pour se distinguer de ces deux principaux concurrents par la sémantique, sans être tenu responsable d’un éventuel échec du camp national ? A moins, bien sûr, que les voix se concentrent majoritairement sur le Front national et sur le P.D.F en rejetant de ce fait les partis trompeurs ? Ne peut-on pas craindre toutefois la présence de l’ U.M.P qui pourrait droitiser son discours afin de « rééduquer » socialement et perfidement l’électeur légitimement courroucé ?

Ne possédant pas de dons de voyant, je me permets, chère équipe du P.D.F 87, de vous citer ces biens sages paroles de José Antonio Primo de Rivera : « Le combat que nous menons ne peut être que celui d’une minorité inaccessible au découragement » .

Puisse ce voeu se réaliser et s’appliquer à tous les Français conscients des dangers mortels les guettant pour les années à venir.

Vous incarnez la phalange, n’en doutons point. Désormais, le plus difficile sera de la prolonger avec des bras armés et non pas des bras cassés, sans oublier les jambes et les pieds qu’il faudra éviter de mouler dans l’argile.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Crise de la dette : Moody’s promet le pire à l’Union Européenne

Posté par PDF87 le 28 novembre 2011

L’agence Moody’s estime que tous les pays de l’Union européenne risquent de voir leur note abaissée à cause de la crise de la dette.
null
Les perspectives économiques de l’Europe s’assombrissent encore. L’aggravation rapide de la crise de la dette dans la zone euro menace les notes de solvabilité de tous les Etats européens, a averti dimanche l’agence d’évaluation financière américaine Moody’s.

Dans un «commentaire spécial» sur les pays européens, Moody’s considère que, sans autre défaillance que celle de la Grèce, la zone euro maintiendra son unité.

Elle indique cependant que ce «scénario positif» est porteur de conséquences négatives pour les notes des pays de l’UE. L’agence, qui a récemment averti que la France pourrait perdre son «triple A», estime qu’aucun pays n’est à l’abri d’un abaissement de sa note, même parmi les plus solides, comme les Pays-Bas, l’Autriche, la Finlande ou l’Allemagne. «L’aggravation ininterrompue de la crise de la dette publique et des banques de la zone euro menace la qualité de crédit de tous les pays européens», écrit-elle, cette note permettant aux pays d’emprunter à des taux avantageux.

«Alors que la zone euro dans son ensemble possède une force économique et financière énorme, la faiblesse de ses institutions continue d’entraver la résolution de la crise et de peser sur les notes», ajoute-t-elle. «En l’absence de mesures politiques qui stabiliseraient la situation des marchés à court terme, ou de stabilisation de ces marchés pour toute autre raison, le risque de crédit (associé au pays européens) va continuer de monter», estime encore Moody’s.

Vers d’autres défaillances d’Etats de la zone euro

Moody’s écrit encore que «l’élan politique pour mettre en oeuvre une solution efficace à la crise pourrait n’être trouvé qu’après une série de chocs, ce qui pourrait mener davantage de pays à se voir privés d’accès aux marchés du financement pour une période prolongée». L’agence fait référence à l’Irlande, la Grèce, le Portugal ou la Hongrie, qui ont dû bénéficier d’un ou plusieurs plans de sauvetage financier de la part de l’Union européenne ou du FMI. Selon elle, d’autres pays pourraient avoir besoin de ce genre de solution si l’UE ne trouve pas rapidement une réponse adéquate à la crise. Ces pays verraient alors très probablement leur note abaissée à celle d’un investissement «spéculatif».

Au vu des événements des dernières semaines, Moody’s envisage même «un scénario encore plus négatif». Selon elle, «la probabilité de défaillances multiples d’Etats de la zone euro n’est plus négligeable». Ces défaillances, si elles se produisaient, amèneraient un ou plusieurs pays à quitter la zone euro, ajoute l’agence. Ce scénario d’une «fragmentation de l’euro» aurait des «répercussions négatives pour tous les pays de la zone euro et de l’UE». Pour Moody’s, enfin, de nouveaux «chocs» (plans de sauvetage, hausse des taux auxquels les Etats empruntent) sont «susceptibles de mener à des changements de note au cas par cas» pour certains pays.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

En Parler-EN PARLER_DE VIVE... |
rcdtubirets |
rogerbardelaye |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DEMOCRATIE MUSULMANE
| AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ...
| CHANGER L'ALGERIE